Lorsqu’une personne est détendue, son système parasympathique est prédominant, et elle est physiologiquement prédisposée à ne rien faire : il lui est plus facile d’accepter des suggestions ne demandant aucun effort. C’est un moyen de relâcher les fonctions de contrôle de l’ego, facilitant une réponse hypnotique dans les étapes initiales de l’induction. En lui épargnant l’effort de faire quoi que ce soit, on rassure le sujet sur son identité et son cadre de référence interne. On élimine sa crainte d’être incapable de parvenir à son objectif, instaurant ainsi un «flux de réussite». Le but est de permettre un lâcher-prise, de réinvestir le corps, pour obtenir une remise en route des fonctions naturelles de guérison par une ré-initialisation des cinq sens.

 » A partir de maintenant, vous n’avez pas besoin d’éviter de ne rien faire. Ne rien faire, cela signifie que vous n’avez même pas à m’écouter… une partie de vous va rester à l’écoute de ce que je vais vous dire et cela est amplement suffisant. Vous avez le loisir d’aller vous promener intérieurement où vous le désirez… sentez-vous libre de toute contrainte… Vous ne faîtes rien, rien à savoir, vous n’avez pas d’effort à faire pour vous détendre… vous ne dépensez aucune énergie à tenter de vous relaxer, vous ne faîtes rien… Les économies d’énergie à ne pas vous détendre, à ne pas vous relaxer, comme dans le sommeil, s’accumulent en vous et vous pourrez les utiliser quand vous en aurez besoin. Si vous ressentez actuellement un quelconque malaise, une tension dans une partie du corps, ou quoi que ce soit, vous ne faîtes rien d’autre que les identifier… de reconnaître leur présence… mais vous ne faîtes rien pour tenter de les diminuer ou les éliminer. Encore une fois, vous ne faîtes rien, vous ne faîtes aucun effort pour vous détendre… vous ne dépensez aucune énergie à tenter de vous relaxer : vous ne faîtes rien… Même si vous ne faîtes rien actuellement, vos cinq sens continuent de vous fournir une multitude d’informations. Vous entendez ma voix et d’autres bruits, même si vos paupières sont fermées, vous percevez une certaine luminosité, vous sentez l’odeur propre au milieu ambiant, vous continuez de goûter quelque chose de personnel dans votre bouche… et au niveau du toucher, votre corps qui repose confortablement sur le fauteuil vous fait prendre connaissance de votre corps, votre peau vous informe sur la température autour de vous : vos cinq sens vous donnent une lecture de la réalité. Même si vous ne faîtes rien, vous prenez conscience que vos sens vous fournissent toutes les informations pour vous situer par rapport à l’extérieur; cela vous rassure, vous met en contact avec votre propre identité. Vous continuez de ne rien faire, vous n’avez aucun effort à faire pour tenter de comprendre… vous ne faîtes rien. Libre à vous d’ouvrir les paupières quand vous en sentirez le désir… Libre à vous de choisir les moyens d’améliorer votre qualité de vie… »

Inspiré par Gaston Brosseaugaston_brosseau